Questions? Commentaires? 11 vaccins seront obligatoires en 2018 pour les enfants SMATIS
En activant les services, vos données seront transmises à des tiers.

Activer en permanence et accepter la transmission de données :

vaccination - vaccins - vaccination infantile - vaccination obligatoire - vaccins supplémentaires

11 vaccins seront obligatoires en 2018 pour les enfants

le 24 octobre 2017
Pour faire face à la réapparition de certaines (vieilles) maladies et à des cas d’hospitalisation et de décès qui auraient pu être évités, la vaccination infantile va passer de 3 vaccins obligatoires à 11, au 1er janvier 2018. Explications avec SMATIS.

Pourquoi une telle obligation ?

L’objectif de cette mesure - imposée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn - est de protéger la santé de tous les enfants et de lutter contre les épidémies qui réapparaissent en France, et ce notamment en raison d’une couverture vaccinale insuffisante chez les bébés de moins de 2 ans.

Dans un entretien accordé en juin 2017 au journal Le Parisien, la ministre de la Santé s’indignait : “il n’est pas tolérable que des enfants meurent de nos jours de la rougeole ou de la méningite faute d’avoir été vaccinés contre ces maladies(ndlr).        

Le gouvernement a donc présenté le 28 septembre 2017 son projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 (PLFSS 2018) dans lequel il a mentionné son souhait de rendre obligatoires 11 vaccinations à compter du 1er janvier 2018 pour les enfants qui naîtront à partir de cette date.


Quels seront les vaccins concernés ?

Aujourd’hui, trois vaccins sont obligatoires pour les enfants de moins de 2 ans : le vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite.

A partir du 1er janvier 2018 s’ajouteront les vaccins jusque-là “fortement recommandés”, soit les vaccins contre :

  • la rougeole,

  • les oreillons,

  • la rubéole,

  • l’hépatite B,

  • la bactérie Haemophilus influenzae,

  • le pneumocoque,

  • et la méningocoque C.


Que risquera-t-on en cas de refus ?

Les parents farouchement opposés à toute forme de vaccination ne subiront aucune sanction ; l’objectif de cette mesure n’étant pas de sanctionner mais plutôt de redonner confiance en la vaccination. Néanmoins, les principaux perdants seront les enfants car ils ne pourront pas être admis en collectivités (crèche, école, garderie, colonie de vacances, etc). C’est d’ailleurs dans ces structures d’accueil que les premières vérifications (des onze vaccinations obligatoires) auront lieu dès le 1er juin 2018.

A noter cependant que, si un jour, un enfant non vacciné fait état d’un handicap du fait de sa non-vaccination, il pourra se retourner contre ses parents et faire appliquer la mesure pénale déjà existante : deux ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende.


Comment seront remboursés ces vaccins obligatoires ?

Tous les vaccins obligatoires sont remboursés à 65 % par l’Assurance maladie. Les 35 % restant sont pris en charge dans les contrats responsables des mutuelles.

L’assuré peut vérifier si son contrat santé inclut le remboursement des vaccins sur sa carte de tiers-payant. La mention “100%” doit être indiquée dans la rubrique “pharmacie”. Dans le cas contraire, l’assuré devra contacter sa complémentaire santé pour s’en assurer.

Le vaccin contre la rougeole-oreillons-rubéole (ROR) est déjà pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale jusqu’aux 17 ans révolus de l’enfant.

Pour les personnes qui n’ont pas, ou qui ne peuvent pas souscrire une assurance santé, les vaccins sont d’ores et déjà gratuits dans les centres de vaccination.



sources : Leparisien.fr - Lequotidiendupharmacien.fr - Vaccination-info-service.fr

article écrit le 02/10/2017

CONTACTEZ-NOUS !


0977 400 400

appel non surtaxé

ON VOUS RAPPELLE GRATUITEMENT

Le code postal est incorrect, merci de le saisir à nouveau

CONTACTEZ-NOUS !


 

MERCI DE PATIENTER QUELQUES INSTANTS.

Loading...