Questions? Commentaires? 5 fausses excuses pour éviter le vaccin antigrippal SMATIS
En activant les services, vos données seront transmises à des tiers.

Activer en permanence et accepter la transmission de données :

vaccination - se faire vacciner contre la grippe - grippe saisonniere - vaccin contre la grippe

5 fausses excuses pour éviter le vaccin antigrippal

le 28 novembre 2016
Malgré une campagne de vaccination lancée par l’Assurance maladie depuis le 6 octobre 2016, les Français hésitent encore à se faire vacciner contre la grippe. Pourtant, l’année dernière, 77% des personnes touchées par la grippe ont été admises en réanimation. Une situation grave qui aurait pu être évitée.

La grippe saisonnière n’est pas dangereuse

Considérée à tort comme un « gros rhume », avec des courbatures en surcroît, la grippe s’est banalisée. Pourtant, elle reste une maladie à risques. Contagieuse, elle peut entraîner des complications graves chez certaines personnes si elle n’est pas diagnostiquée à temps : pneumonie, aggravation d’une maladie chronique existante, perte d’autonomie, voire décès pour les personnes les plus fragiles. La grippe saisonnière est responsable chaque hiver d’un nombre important de décès, estimé en moyenne à 9 000 cas pour les seules personnes âgées de 65 ans et plus.


Le vaccin antigrippal n’est pas efficace

Le nom savant du vaccin contre la grippe est « influenza ». Comme tout vaccin, ses propriétés ne garantissent pas une protection à 100% contre le virus de la grippe car d’autres facteurs sont à prendre en compte (âge de la personne, hygiène de vie, etc). Malgré tout, même si son efficacité n'est pas complète, se faire vacciner contre la grippe reste la meilleure protection pour les personnes à risque*. Une personne âgée de plus de 65 ans, ayant été vaccinée, peut contracter la grippe. Cependant, les souches du vaccin évitent d’aggraver son état et surtout elles réduisent les risques de complications, voire même de décès, possibles.


Le vaccin rend malade

Comme tout produit étranger injecté dans l’organisme d’une personne, celle-ci réagit de façon plus ou moins bien. Les effets locaux (douleur, inflammation au point d’injection, irritations cutanées) ou généraux (fièvre, nausées) sont transitoires et bénins. Ils disparaissent au bout de quelques heures, voire quelques jours (2 jours maxi). Rappelons que les effets indésirables de la vaccination sont bien moins dangereux que les complications liées à la survenue de la grippe elle-même. A noter également que le système immunitaire des personnes âgées ne répond pas aussi bien au vaccin que les personnes plus jeunes dont l’organisme fonctionne mieux ; d’où des effets secondaires souvent moins bien ressentis chez les premières.


Enceinte, je n’ai pas besoin d’être vaccinée

Bien au contraire ! Les femmes enceintes font partie des populations à risque, quel que soit le trimestre de leur grossesse. Pour elles, le vaccin est fortement recommandé, d’autant que celui-ci est pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie. Selon des études, contracter la grippe en cas de grossesse multiplierait par 4,7 le risque d'être hospitalisée pour des complications cardiorespiratoires, et augmenterait le risque d'infections fœtales, avec en particulier des manifestations cardiaques. Plus grave, la grippe serait la principale cause de fausse couche.

Le site de l’Assurance maladie mentionne les personnes à risque pour lesquelles le vaccin est gratuit.


Se faire vacciner une année immunise pour l’année suivante

Absolument pas ! Le vaccin antigrippal est composé de fragments de virus qui sont en constante mutation. Sa composition est donc modifiée chaque année pour s’adapter le mieux possible à ces virus “mutants” en fonction des recommandations actualisées de l'OMS (Organisation mondiale de la santé). C’est au mois de février, après une surveillance mondiale, que les chercheurs de l’OMS choisissent de mettre l'accent sur des souches qui ont le plus de chance de circuler. C'est à partir de là que les industriels conçoivent le vaccin, pour le rendre disponible à l’automne. Il faut compter environ 15 jours entre le moment de la vaccination et le moment où l'on est protégé contre la grippe saisonnière. N’attendez donc plus !


* les enfants de moins de 2 ans, les adultes de 65 ans ou plus et les personnes de tout âge présentant certaines affections telles que des maladies chroniques, qu’elles soient cardiaques, pulmonaires, rénales, hépatiques, sanguines ou métaboliques (comme le diabète), ou un affaiblissement du système immunitaire, les personnes atteintes d’une affection longue durée (ALD), les personnes infectées par le virus du Sida (VIH).



sources : www.santepubliquefrance.fr - www.passeportsante.net - www.allodocteurs.fr - www.e-sante.fr

article écrit le 15/11/16

CONTACTEZ-NOUS !


0977 400 400

appel non surtaxé

ON VOUS RAPPELLE GRATUITEMENT

Le code postal est incorrect, merci de le saisir à nouveau

CONTACTEZ-NOUS !


 

MERCI DE PATIENTER QUELQUES INSTANTS.

Loading...