Questions? Commentaires? Santé : ce qui devrait changer avec E. Macron SMATIS
En activant les services, vos données seront transmises à des tiers.

Activer en permanence et accepter la transmission de données :

plan santé macron - tiers payant généralisable - vente de médicaments à l'unité - télémédecine

Santé : ce qui devrait changer avec E. Macron

le 29 mai 2017
Le 7 mai dernier nous élisions notre nouveau Président de la République. Celui-ci s’engageait à réformer notre système de santé, à privilégier la prévention et à lutter contre les inégalités de santé. Retour avec SMATIS sur les principaux enjeux du plan santé d’Emmanuel Macron.

Privilégier un tiers payant “généralisable” à la place d’un tiers payant “généralisé”

Le tiers payant doit être généralisé à tous les français au 1er décembre prochain. Cette réforme, portée par Marisol Touraine, a pour objectif de rendre l’accès aux soins pour tous les patients. Cependant, elle reste un sujet sensible pour la profession médicale qui y voit de nombreuses contraintes.

L’idée d’un tiers payant “généralisable” serait peut-être l’alternative qui conviendrait à tous. En le rendant “généralisable”, le tiers payant ne serait pas obligatoire mais plutôt volontaire, basé sur un accord commun entre le patient et son médecin.

En attendant, le tiers payant reste à la bienveillance du médecin traitant. La loi ne prévoit pas d’appliquer pour l’instant de sanction aux professionnels de santé qui ne pratiquent pas le tiers payant.


Généraliser la vente de médicaments à l’unité

Actuellement, lorsqu’un traitement médical est prescrit, le nombre de boîtes de médicaments délivrées est souvent supérieur au nombre de médicaments à prendre. Le conditionnement des médicaments n’est pas adapté et en plus, chaque traitement diffère d’un patient à l’autre.

Dispenser des médicaments à l’unité pourrait être une solution au gaspillage que génère cette pratique, et contrerait le risque éventuel d’automédication et d’impact environnemental occasionnés. Pourtant, le bilan d’une première expérimentation, lancée en 2014, reste mitigé. Les patients seraient favorables à la vente de médicaments à l'unité et les pharmacies aussi, mais cela supposerait une adaptation importante de la part des différents acteurs, et notamment des industriels pharmaceutiques.


Accentuer la prévention

La France est en retard dans le domaine de la prévention par rapport à ses voisins européens. Tabac, alcool, sédentarité, vaccination… sont autant de domaines sur lesquels la France doit prioriser ses axes de prévention et de promotion de la santé.

Au-delà de l’aspect financier et des investissements à injecter dans ces domaines pour pallier ce décalage au niveau européen, un service sanitaire de trois mois serait créé, destiné à tous les étudiants en santé. Les nouvelles générations de médecins suivraient un trimestre d’apprentissage et interviendraient dans les établissements scolaires et les entreprises pour mettre en place des actions de dépistage, de prévention et de sensibilisation. Concrètement, ces étudiants viendraient aider les associations, les infirmières scolaires et les services de santé au travail. Les quartiers difficiles et les zones rurales seraient prioritaires.


Rembourser les prothèses dentaires et auditives, ainsi que les lunettes à 100%

Aujourd’hui, de nombreux français renoncent encore à des soins en raison de leurs restes à charge importants. C’est le cas notamment des dépenses de santé en dentaire, audio et optique.

Afin d’améliorer la couverture des soins de santé pour tous, le nouveau gouvernement se donne pour objectif d’atteindre le remboursement à 100 % des frais d’optique, dentaires et audio d’ici à 2022. Pour ce faire, il souhaite que les régimes obligatoires et les mutuelles travaillent en commun pour parvenir à une gestion du risque mieux partagée et à une meilleure régulation des marchés. Trois contrats types de complémentaire santé similaires pourraient alors voir le jour. Les assurés pourraient ainsi consulter des informations en toute transparence et comparer les offres plus facilement.


Favoriser la télémédecine

La télémédecine est une forme de pratique médicale qui permet de dispenser des soins médicaux à distance. Le professionnel de santé et le patient ne se trouvent pas physiquement au même endroit mais le diagnostic, le traitement et le suivi du patient sont assurés.

Pour favoriser la télémédecine et assurer une offre de soins de qualité partout, notamment grâce à la téléconsultation, Emmanuel Macron prévoit d’aider financièrement les associations et les professionnels de santé à s’équiper en nouvelles technologies numériques. Ce nouvel équipement permettrait ainsi d’améliorer la couverture médicale des patients et le suivi de ceux souffrant de maladies chroniques ou de handicaps. La continuité des soins à domicile serait assurée. Cette révolution médicale permettrait aussi de prévenir les complications et de limiter les hospitalisations.



sources : www.medisite.fr - www.lasantecandidate.fr - www.lequotidiendumedecin.fr

article écrit le 22/05/2017

CONTACTEZ-NOUS !


0977 400 400

appel non surtaxé

ON VOUS RAPPELLE GRATUITEMENT

Le code postal est incorrect, merci de le saisir à nouveau

CONTACTEZ-NOUS !


 

MERCI DE PATIENTER QUELQUES INSTANTS.

Loading...