fbpx

La mutuelle qui réveille l'assurance !

Avis Mutuelle Smatis sur ekomi.fr
guide mutuelle santé
Accueil » Guide mutuelle santé » La chirurgie réfractive

La chirurgie réfractive

La chirurgie réfractive est destinée aux patients qui souhaitent se passer de lunettes de vue ou de lentilles de contact. Cette technique permet, en effet, de corriger définitivement certaines pathologies de la vision. Bien que faisant partie des soins optiques couramment pratiqués aujourd’hui, elle n’est pas prise en charge de la même façon que les autres solutions de correction des troubles de la vue.

Qu’est-ce que la chirurgie réfractive ?

Introduite dans les années 80 et de plus en plus pratiquée, avec succès, la chirurgie réfractive est une opération visant à remodeler la forme de la cornée, source des défauts de vision, à l’aide de lasers. Il existe plusieurs type de chirurgies réfractives, en fonction de la situation médicale du patient.

Qui peut bénéficier de cette chirurgie ?

L’âge minimum requis est 18 ans, et il est déconseillé d’y avoir recours après 60 ans. De plus, la vision doit être stabilisée depuis au moins 2 ans.
La chirurgie réfractive corrige toutes les pathologies visuelles : myopie, hypermétropie, astigmatisme et presbytie. Mais pour être éligible, votre défaut visuel doit correspondre à certaines limites : jusqu’à – 8 dioptries pour la myopie, + 6 pour l’hypermétropie et +/- 4 pour l’astigmatisme. Selon l’état de votre cornée, le chirurgien vous proposera l’une ou l’autre des techniques de chirurgie.

Les différentes chirurgies réfractives :

Le Lazik (Laser Assisted Intrastromal Keraromileusis) : c’est la technique la plus utilisée. Deux lasers différents interviennent : d’abord un laser de type Femto seconde découpe la cornée, puis un laser Excimer vient corriger l’amétropie. Le Lasik convient aux personnes dont la cornée est totalement normale et travaille en profondeur.

Le PKR (Photo Kératectomie Réfractive) : après avoir retiré l’épithélium (couche superficielle de la cornée), ce laser travaille directement sur la surface de la cornée. Puis, le laser Excimer vient travailler sur le stroma situé juste sous l’épithélium. Cette technique moins profonde que le Lasik convient aux cornées trop fines, irrégulières ou asymétriques.

Schéma représentant la structure de la cornée

Quelles sont les contre-indications à la chirurgie réfractive ?

Comme toute chirurgie, et bien qu’elle soit aujourd’hui bien maîtrisée, cette opération nécessite une préparation en amont. Un examen ophtalmique poussé et une prise de mesures préalable déterminera si vous êtes éligible à la technique, quels seront les suites et les éventuels effets secondaires prévisibles.
Certaines pathologies interdisent le recours à la chirurgie réfractive : une cataracte, un glaucome, les déformations cornéennes, le syndrome sec oculaire, la grossesse, un traitement par corticoïdes et par immunosuppresseurs, les maladies auto-immunes.

Pour les personnes de 60 ans et plus, ou les corrections hors des limites fixées, il existe la possibilité de se faire poser un implant intra oculaire.

Vous souhaitez bénéficier d'une couverture complète et adaptée à vos besoins ? 

Comment se déroule l’intervention ?

Cette opération se déroule en ambulatoire. Une anesthésie locale seule est nécessaire, par instillation de collyre, éventuellement complétée par un tranquillisant léger. La chirurgie réfractive est indolore et dure une trentaine de minutes pour les 2 yeux, les yeux sont maintenus ouverts par un dispositif nommé blépharostat. Le patient est autorisé à repartir chez lui le jour même si quelqu’un le ramène (interdiction de conduire). Un suivi de plusieurs semaines est nécessaire, et le patient devra surveiller l’exposition solaire de ses yeux, ne pas se frotter et éviter toute agression, car la bonne cicatrisation est essentielle à la réussite de l’opération.

Quels résultats, quels effets secondaires ?

Les résultats sont effectifs après plusieurs semaines, voire plusieurs mois. La chirurgie réfractive est une technique définitive, mais il arrive, dans de rares cas, qu’une seconde intervention soit nécessaire si la vision du patient évolue ou en cas d’apparition de presbytie, en général à partir de 45 ans.
Comme lors de tout traitement médical, des effets secondaires peuvent apparaître, comme de la sécheresse oculaire, une infection ou une inflammation, la perception de halo lumineux, une altération de la vision nocturne, une vision dédoublée. Le patient sera suivi tous les ans au minimum par un ophtalmologue, afin de garantir l’efficacité et l’innocuité du traitement.

Quelle prise en charge espérer pour une chirurgie réfractive ?

La Sécurité Sociale considère qu’il s’agit d’une opération de confort et ne la prend donc pas en charge. Certaines Mutuelles proposent un remboursement partiel, compris dans le forfait optique ou en plus des remboursements de lunettes ou de lentilles.
Le prix de l’opération varie en fonction de sa nature. Une chirurgie au Lasik, par exemple, peut aller jusqu’à 3000 € pour les 2 yeux, représentant ainsi un budget conséquent. Il convient donc de bien se renseigner auprès de son organisme complémentaire avant de s’engager.

En résumé, si vous souhaitez vous passer de vos lunettes, mieux vaut être bien informé des réglementations et des conséquences d’une telle opération. Car même si c’est un confort sur le long terme, subir une chirurgie réfractive s’avère plus définitif que de choisir une monture et des verres !