Questions? Commentaires? Cet été, tous à l’eau pour profiter de ses bienfaits SMATIS
En activant les services, vos données seront transmises à des tiers.

Activer en permanence et accepter la transmission de données :

Un sénior qui pratique la nage

Cet été, tous à l’eau pour profiter de ses bienfaits

le 18 juillet 2019

Nager, c’est bon pour la santé ! Sport complet, la natation sollicite en effet l’ensemble des muscles du corps. Sa pratique régulière favorise la perte de poids, renforce les articulations, l’activité cardiaque, la circulation sanguine... Elle est également bonne pour le moral. Et rien de tel que la période estivale pour s’y adonner. Alors, qu’attendez-vous pour vous jeter à l’eau ?

Une pratique sportive bonne pour le dos, les articulations, le cœur et les poumons.

Du fait de son absence d’impacts sur les articulations et sur le dos, la natation peut être pratiquée à tous âges. noter d’ailleurs, pour les moins jeunes, qu’elle apaise les douleurs liées à l’arthrite et à l’arthrose, tout en renforçant les articulations.


En plus de faire appel à l’ensemble des muscles du corps, biceps, triceps, abdominaux, quadriceps... la natation sollicite l’appareil respiratoire et les capacités cardiovasculaires. En nageant régulièrement, le cœur offrira une puissance et une résistance accrues. La natation permettra ainsi de limiter les risques de maladies cardiovasculaires.


Une activité qui affine la silhouette…

Avec leurs mouvements, les différentes nages permettent d’affiner et tonifier la silhouette ! Envie de fesses musclées ? Prenez une planche et faites des battements de jambes. Résultats assurés !


... et favorise le retour veineux

En plus d’être un sport d’endurance tout en douceur, l’effet massant de l’eau, associé aux mouvements des membres, relance la circulation. La natation, comme la marche, est l’une des activités physiques les plus efficaces pour améliorer le retour veineux. En raison de la contraction et de la décontraction des muscles, les différents mouvements effectués favorisent en effet la circulation sanguine.


C’est bon pour le moral !

L’état « d’apesanteur » de l’eau permet à tous les muscles de se relâcher, ce qui rappelle la position fœtale dans le ventre de la mère. Ainsi, les tensions et le stress laissent place à un sentiment de bien-être. En plus du contexte relaxant dans lequel elle est pratiquée, la natation provoque la sécrétion d’endorphines. Ces hormones agissent notamment sur le cerveau, vous procurant un sentiment de bien-être.


Il est recommandé d’effectuer 1 à 2 séances de natation par semaine d’environ 30 à 45 minutes.


Contre-indications

Elles sont peu nombreuses. Le plus souvent momentanées, le cas par exemple de guérison d’infection pulmonaire (bronchite, crise d’asthme), ORL (angine, pharyngite, sinusite, otite). Certaines pathologies cutanées peuvent également être contre-indiquées (eczémas). Epilepsie, diabète, etc. nécessiteront, quant à elles, un avis médical.


En cas de doute, demandez conseil à votre médecin. Il vous indiquera, par exemple, qu’en cas de douleurs lombaires mieux vaudra privilégier le dos crawlé au crawl. Enfin, veillez à pratiquer la natation avec modération car, si vous en abusez, elle peut aussi présenter quelques désagréments : atteintes des articulations (épaule), tendinites (genou), infection des oreilles (otite)...


Quelles précautions prendre ?

Mer, rivière, piscine... « Avant de vous jeter à l’eau, choisissez les zones de baignade surveillées, informez-vous sur les conditions de baignade, tenez compte de votre forme physique, et restez vigilant pendant la baignade... ». Ces quelques précautions à prendre sont extraites de la brochure éditée par l’INPES : Mode d’emploi de la baignade pour un été en toute sécurité, dont nous vous conseillons vivement la lecture !


Quel type de nage pour quels bienfaits ?

Savoir nager est une bonne chose, mais connaître et maîtriser les différentes nages en est une autre ! Avant de se lancer dans l’apprentissage technique des différentes nages, il est nécessaire de revoir les bases, et la base commune à toutes les nages est la maîtrise de la respiration aquatique. En effet, vous l’avez sans doute remarqué, il est impossible de respirer sous l’eau. Aussi, pour bien avancer dans l’eau, il faut donc coordonner la respiration (surtout l’inspiration) avec les mouvements. Si vous maîtrisez totalement la respiration aquatique, il n’y a plus de doute, vous êtes fin prêts à apprendre toutes les nages !


Brasse, crawl, dos crawlé, papillon... chacune de ces nages permet de travailler certains muscles et différentes parties du corps.


1. La brasse

Elle sollicite principalement les biceps, les pectoraux, les abdominaux et les mollets. Les mains sont jointes à hauteur de la poitrine, puis sont poussées vers l’avant jusqu’à l’extension complète des bras, elles se séparent ensuite, longeant chaque côté du corps avant de se rejoindre à leur point de départ. Pendant ce temps, les jambes, elles, effectuent un ciseau de brasse qui consiste à rapprocher les talons des fesses puis à effectuer une propulsion à la façon d’un saut de grenouille. Plus ces mouvements combinés sont rapides, et plus l’élan sera puissant.


2. Le crawl

Il permet de tonifier l’ensemble des muscles : bras, épaules, jambes, poitrine et abdominaux. Facile à exécuter, le crawl permet de nager rapidement. Il consiste à exercer une rotation vers le bas d’un bras, paume vers le bas, coude souple vers la surface de l’eau pendant que l’autre bras exerce une poussée vers l’arrière sous l’eau. Les jambes sont allongées et décrivent un mouvement de battement vertical alternatif depuis le bassin, les pieds sont dans l’alignement des jambes, pointes tendues. La respiration constitue un élément important.


3. Le dos crawlé

Il permet de travailler efficacement les muscles du dos. Comme son nom l’indique, il s’agit de crawl pratiqué sur le dos. Un bras, placé le long du corps, paume vers l’extérieur, est ramené vers l’arrière de la tête, tandis que l’autre exerce une poussée sur l’eau et fait ainsi avancer le corps. Les jambes effectuent des battements alternatifs. La difficulté majeure de cette nage consiste à garder sa trajectoire.


4. Le papillon

Ces ondulations permettent de muscler en profondeur les abdominaux. C’est la nage la plus difficile à maîtriser et la plus éprouvante physiquement qui nécessite une coordination parfaite. Les deux bras sont élevés simultanément en avant au dessus de l’eau avant d’être ramenés en arrière sous l’eau. Le mouvement des bras est continu et accompagné d’ondulations du bassin. Les jambes effectuent le mouvement du dauphin, qui consiste à mouvoir les jambes groupées dans un plan vertical. Cet enchaînement doit être répété continuellement.




Sources : natationpourtous.com / dossier « Natation - Bienfaits et contre-indications » sur sante-medecine.commentcamarche.net

CONTACTEZ-NOUS !


0977 400 400

appel non surtaxé

ON VOUS RAPPELLE GRATUITEMENT

CONTACTEZ-NOUS !


 

MERCI DE PATIENTER QUELQUES INSTANTS.

Loading...