fbpx
×

VOUS SOUHAITEZ ÊTRE RAPPELÉ



Info bulle
bouclier
Nous vous protègeons au quotidien, vos données personnelles aussi.
Vous disposez de droits sur les informations vous concernant. Pour plus d’informations, cliquez ici.
Accueil » Toutes nos actualités » “Pour vaincre son handicap, il ne faut compter que sur soi-même”

L’exploit de Philippe Croizon qui a surpassé son handicap et traversé la Manche à la nage

Philippe Croizon est l’exemple même de l’homme ayant accepté et même surpassé son handicap. Le 5 mars 1994, l’antenne de télévision qu’il démonte touche une ligne à haute tension et l’électrocute. Deux mois plus tard, il se réveille sur son lit d’hôpital, branché partout, mais surtout, sans bras et sans jambes. À cette époque, il est père d’un petit garçon de 7 ans et sa femme attend un autre enfant.

Une multitude de stades à passer avant de renaître à la vie

« J’ai alors vécu plusieurs périodes plus ou moins longues qui, selon moi, sont nécessaires à toute reconstruction : d’abord, lorsque j’ai réalisé, j’ai voulu mourir. Mais il y avait mes enfants. Alors un jour, j’ai décidé de vivre*. » Rien n’est gagné pour autant, car viennent, malgré cela, la révolte, l’impossibilité à accepter l’inacceptable. Et puis, enfin, la reddition : « J’avais fait le deuil de ce qui n’était plus là. J’acceptais enfin mon handicap et c’est en me libérant de ça que j’ai pu commencer à avancer. Pour retrouver mon autonomie, j’ai commencé un combat qui a duré douze ans. » La colère ? Il l’a connue quand sa femme l’a quitté, sept ans après l’accident. « Là, tout mon entourage en a bavé pendant des mois. Je passais mon agressivité sur les autres. Mais je crois que tout cela est obligatoire pour un retour à la vie. Tout handicapé passe par un ou plusieurs de ces stades, et pas forcément dans cet ordre ».

Pour s’en sortir, oser !

Aujourd’hui appareillé, Philippe a acquis une assurance qui fait parfois oublier son handicap à ses interlocuteurs tout en forçant l’admiration. « Il a fallu bien sûr combattre le regard des autres. Au début, je n’osais pas sortir. C’était également dur pour les proches. Mais traverser la Manche, c’était aussi pour dire à mes camarades d’infortune que si on a la volonté, on peut retrouver une vie qui n’est pas faite que de souffrances. »
(Philippe Croizon a réalisé l’exploit de traverser la Manche à la nage en 13 heures et 23 minutes).
Selon lui, pour s’en sortir et bien vivre avec son handicap, un seul mot d’ordre : « Prendre le taureau par les cornes et surtout, ne pas attendre que ça arrive, ne compter que sur soi-même. On ne soupçonne pas la force qui est en nous et que l’on peut se découvrir dans ces circonstances. Il faut provoquer les choses pour retrouver sa dignité d’homme. » Aujourd’hui, Suzana vit aux côtés de Philippe et le soutient dans tous ses défis : « Jamais je n’aurais pensé que l’on puisse tomber amoureux de moi. J’ai fait le premier pas… et ça a marché ! Il faut oser, on peut s’en sortir. Moi, je suis mort le 5 mars 1994, alors maintenant, tout n’est que bonus et bonheur ».

Un exemple de courage et de persévérance pour les personnes handicapées comme pour les valides.

*J’ai décidé de vivre, Philippe Croizon, Éd. Jean-Claude Gawsewitch

Crédit photo : Thesupermat