fbpx
Accueil » Toutes nos actualités » Téléconsultation SMATIS : comment elle a sauvé mon été !

Tête à tête avec Nadège, adhérente SMATIS sauvée par la téléconsultation ! 

Téléconsulttion SMATIS : comment elle a sauv mon été !

Parce que toutes les situations ne se ressemblent pas, nous avons été à la rencontre de Nadège, adhérente à la complémentaire santé SMATIS, qui nous fait part d’une anecdote de vacances…  

Un grain de sable peut mettre vos vacances en péril

SMATIS : Bonjour Nadège, pouvez-vous nous dire qui vous êtes ?

Nadège : Je m’appelle Nadège, j’ai 59 ans et suis adhérente chez SMATIS depuis déjà 40 ans… On peut dire que je suis quelqu’un de fidèle. Sur tous les aspects bien sûr, mais aussi envers ma mutuelle ! 

SMATIS : Et c’est tout à votre honneur. Apparemment, un petit plus de SMATIS vous a marqué récemment, vous pouvez nous en parler ? 

Nadège : Tout à fait ! C’est arrivé cet été en 2023, pendant mes vacances. En bord de mer, nous avons posé notre caravane avec mon mari pour une dizaine de jours. Et je suis d’un tempérament maniaque qui m’a causé du tort… 

SMATIS : Donc un accident de ménage, si on veut ?  

Nadège : On peut dire ça, mais ça n’implique aucune dispute conjugale ! Non, en réalité, je n’aime pas quand le sable s’immisce dans la caravane, vous comprenez ? 

Alors la mésaventure est arrivée toute seule ; j’ai tenté d’attraper un objet tout en restant en dehors de la caravane. J’ai dû donc tendre le bras et jouer de mon équilibre pour ne surtout pas mettre un pied dedans. Hélas, ma main a glissé et j’ai ressenti un grand claquage au niveau du dos ! 

SMATIS : Sur un faux mouvement, un effort trop soudain ? 

Nadège : C’est ça ! Un peu trop de gymnastique et d’obstination, et voilà le travail. Une sensation de blocage et une douleur qui m’empêchait de me mouvoir. 

J’ai donc dû rester assise ou allongée, et le médecin des alentours ne travaillait pas ce jour-là. Et puis, en cherchant sur mon téléphone, j’ai été sur mon espace Smatis et la téléconsultation m’est revenue ! 

La téléconsultation : un service à toute épreuve 

SMATIS : Donc, puisque ça ne pouvait pas attendre, vous avez programmé une visio ? 

Nadège : Non, j’ai simplement téléphoné. Je n’étais pas certaine de maîtriser la visio et j’étais plus à l’aise au téléphone ! 

SMATIS : Alors, comment s’est passé cet appel ? 

Nadège : Très bien. J’ai d’abord eu un infirmier qui m’a posé des questions sur mes douleurs, sur le contexte et la cause de celles-ci. Après quelques minutes, il m’a invité à patienter une heure maximum pour qu’un médecin me rappelle… Ce qui m’a frappé, c’est la ponctualité ! Une heure après, j’ai effectivement reçu un appel.  

SMATIS : Et qu’a donné ce second échange par téléphone ? 

Nadège : Le médecin avait pris connaissance de mon dossier et m’a demandé quelques précisions sur mes allergies, antécédents et les traitements éventuels que je prends. Il m’a alors fait une prescription par mail que je pouvais transmettre à n’importe quelle pharmacie ! 

SMATIS : Comment avez-vous procédé ensuite ? 

Nadège : Facile, j’ai demandé à mon mari de m’accompagner. Une pharmacie n’était pas très éloignée de notre camping, j’en ai donc profité pour leur montrer mon ordonnance reçue par e-mail. L’affaire de dix minutes tout au plus en réalité ! 

SMATIS : Ce devait être un grand soulagement ? 

Nadège : Tout à fait ! Au départ, mon mari souhaitait qu’on rentre mais il était hors de question de sacrifier une semaine de vacances. J’ai pris mes premiers médicaments en restant reposée, mais dès le lendemain matin, je pouvais enfourcher mon vélo et me promener.  

Le médecin m’avait avertie toutefois ; si la douleur ne passait pas au bout de 4 jours, je devrais aller consulter un médecin pour être auscultée. Finalement, pas besoin ! 

SMATIS : Et tout cela ne vous a rien coûté ? 

Nadège : Du tout. J’ai donné mon numéro de sécurité sociale et  tout a été fait automatiquement. 

Résultat, j’ai enregistré précieusement le numéro de la téléconsultation dans mon téléphone. Et je continue à rester tout aussi maniaque, mais j’ai rajouté un petit paillasson dans la caravane pour filtrer le sable !