Questions? Commentaires? DMLA : comprendre la dégénérescence maculaire liée à l’âge SMATIS
En activant les services, vos données seront transmises à des tiers.

Activer en permanence et accepter la transmission de données :

Sénior réalisant le test d'Amsler pour la DMLA

DMLA : comprendre la dégénérescence maculaire liée à l’âge

le 21 août 2019

En France, plus d’un million de personnes seraient déjà concernées par la DMLA, une affection de la rétine qui, prise à temps, peut être soulagée... La mutuelle Smatis vous en dit plus.

La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge (DMLA) résulte d’une détérioration d’une petite zone de la rétine située au fond de l’œil (la Macula) près du nerf optique. Avec l’âge, la dégénérescence entraîne une perte progressive, parfois importante de la vision centrale, qui devient de plus en plus floue. Il en existe deux formes : la forme « sèche », la plus bégnine, qui voit apparaître une atrophie du centre de la vision ; la forme dite « humide », plus handicapante, avec l’apparition de nouveaux vaisseaux sous-rétiniens. Un seul ou les deux yeux peuvent être concernés. En France, il s’agit de la première cause de malvoyance.


Les facteurs de risques

Premier facteur : l’âge. Cette affection touche surtout les personnes de 55 ans et plus. Environ 1 personne sur 7 âgée de 55 ans à 64 ans en est atteinte, et 1 sur 3 chez les personnes de 75 ans et plus. Deuxième facteur : l’hérédité. Les personnes ayant des antécédents familiaux ont davantage de risques d’être touchées.


L’importance du mode de vie

Les habitudes de vie jouent un rôle déterminant. Le tabagisme est un facteur de risque majeur : les fumeurs courent de 2 à 3 fois plus de risques d’être un jour atteints par cette affection. L’obésité favoriserait aussi son aggravation ainsi que l’hypertension et l’hypercholestérolémie.


Les symptômes

Les symptômes, non douloureux, varient et évoluent en fonction de la gravité de la maladie avec comme signes les plus identifiables : une vision centrale de plus en plus floue ou embrouillée, une distorsion des lignes droites, le besoin d’accroître l’intensité lumineuse pour la lecture, une perception altérée des couleurs... Avec, au stade le plus avancé, une petite tache sombre au centre du champ visuel.


Quels traitements ?

Seule la DMLA dite « humide » peut bénéficier de traitements physiques (15 % à 20 % des cas), principalement par laser simple ou par photothérapie dynamique avec injection intraveineuse de vertéporfine. De nouveaux traitements médicamenteux injectés directement dans l’œil, ou autour de l’œil, ont fait leur apparition et devraient pouvoir se généraliser ces prochaines années.


Testez-vous le plus tôt possible.

En cas de doute, il existe un test simple, celui de la grille d’Amsler, un tableau quadrillé au centre duquel se trouve un point. Il permet d’évaluer l’état de la vision centrale. Au moindre doute, consultez votre ophtalmologue.


Pour télécharger la grille d’Amsler, consultez le site de l’Association DMLA :

www.association-dmla.com


Bien se nourrir pour mieux se prémunir :

Parmi les mesures préventives de base : adapter son alimentation. Sont ainsi recommandés les aliments riches en antioxydants qui protégeraient la rétine comme les légumes verts (brocoli, épinard et chou vert) ainsi que les aliments riches en Oméga-3 (saumon, maquereau, sardine...). Une activité physique régulière améliore et protège la santé cardiovasculaire et préviendrait aussi la dégénérescence maculaire.


Pour en savoir plus : la société française d’ophtalmologie (www.sfo.asso.fr).

CONTACTEZ-NOUS !


0977 400 400

appel non surtaxé

ON VOUS RAPPELLE GRATUITEMENT

CONTACTEZ-NOUS !


 

MERCI DE PATIENTER QUELQUES INSTANTS.

Loading...